le microblading

Mon avis sur le microblading

À force d’entendre parler du microblading, j’ai fini par m’intéresser de plus près à cette toute nouvelle technique de maquillage des sourcils. Un peu sceptique de nature vis-à-vis des nouvelles tendances, je peux vous dire que le sujet m’a rapidement intéressé. De ce qu’on en dit, le microblading cumule les avantages d’un maquillage permanent des sourcils sans les inconvénients. Plutôt intéressant jusqu’à ce que je me jette à l’eau. Avant de tester cette technique, mon avis devrait vous intéresser.  

Pourquoi me suis-je intéressée au microblading ? 

Si vous êtes une mordue de beauté comme moi, il est impossible que vous n’ayez pas entendu parler de microblading. Je dois préciser que les techniques de maquillage de l’extrême ne sont pas du tout mon centre d’intérêt et vu les nombreuses dérives, j’ai toujours été très sélective. C’est donc tout à fait naturellement que j’ai passé la nouvelle tendance de maquillage au crible et les raisons pour lesquelles je m’y suis intéressée sont nombreuses. 

C’est un maquillage semi-permanent

Le premier point qui a suscité mon intérêt, c’est le fait que le microblading est un maquillage semi-permanent. Dans un principe, ce type de maquillage est prévu pour tenir entre 12 et 18 mois. Ensuite, il s’estompe tout seul et vous pouvez décider d’en refaire un autre ou de rester au naturel. Cela tient au fait que pour réaliser le microblading, des pigments sont seulement insérés dans les couches superficielles de la peau. Étant donné qu’ils pénètrent moins, ils disparaissent plus facilement. 

Je sais que comme moi, vous êtes nombreuses à être terrifiées par l’idée d’avoir la même tête pendant toute votre vie avec un maquillage permanent et ce ne sont pas les raisons qui manquent. Primo, on se prive de la possibilité d’essayer de nouvelles tendances et pour une férue de maquillage, c’est tout simplement inimaginable. Secundo, vous avez surement dû entendre parler des nombreuses dérives du maquillage permanent qui, avec le temps, pouvait virer au bleu ou au rouge. 

Vous l’aurez compris ! J’aime mieux avoir du choix en termes de maquillage. Ce choix, le microblading me l’offrait, pour mon plus grand bonheur et le vôtre. 

Effet naturel garanti

Deuxième point qui justifie mon intérêt pour le microblading, l’effet naturel. Dans la plupart des articles sur le sujet que j’ai consulté, il est qualifié de « technique 6D » et pour cause. 

Le microblading permet de réaliser une parfaite réplique des sourcils via une calligraphie très réaliste. Pour cela, l’esthéticienne utilise un stylo métallique équipé de nano aiguilles alignées de sorte à former une lame très fine, appelé « dermographe ». 

Grâce à cet outil, des pigments sont insérés sous la peau à une profondeur qui oscille entre 0,2 et 0,3 mm, c’est-à-dire dans les couches supérieures de l’épiderme. Ni les bulbes ni les capillaires ne sont touchés. Le dermographe électrique est ainsi utilisée pour reproduire un effet de poil. Lorsqu’ils sont insérés, les pigments reproduisent de fins traits qui imitent la forme des vrais poils. Pour cela, la technicienne dessine les poils un à un. 

C’est une solution à un réel problème esthétique

J’ai toujours pensé que la force d’un bon maquillage, c’est sa capacité à apporter une réponse efficace à un problème esthétique réel. Le microblading se propose de combler les sourcils dégarnis et pâles, sans que le tracé de la ligne soit plus intense. En plus, elle permet d’harmoniser votre ligne sans la marquer

Avec le microblading, le rendu est beaucoup plus discret. Il est idéal lorsque vous ne vous maquillez que très peu ou pas du tout les sourcils quotidiennement. Sans maquillage, vous gardez des sourcils parfaits et lorsque vous vous maquillez, vous pourrez réaliser votre tracé au crayon. En soi, vous avez le choix et c’est un argument qui pèse énormément dans la balance.

Un gain de temps fou !

Devoir passer de longues minutes à tenter de redessiner la forme des sourcils au crayon tous les jours, ce n’est franchement pas ce qu’il y a de plus agréable, surtout quand le soir venu, tout s’enlève au premier coup de démaquillant. 

Heureusement que le microblading existe ! Avec les sourcils déjà dessinés, le temps de maquillage des sourcils est carrément réduit du tiers. À part marquer le tracé, il n’y a franchement pas grand-chose à faire et c’est cela toute la magie du microblading. 

Séance de microblading : mon retour d’expérience

Une fois qu’on a été séduite comme moi, l’étape suivante a été de s’offrir une séance et c’est logiquement ce que j’ai fait. Mais avant, je me suis quand même renseignée sur le prix et le déroulement d’une séance. 

Des tarifs épars

S’il y a une chose que j’ai pu constater au cours de mes recherches, c’est que le prix du microblading varie en fonction de plusieurs facteurs : la technicienne qui réalise l’opération, l’état de sourcils à redessiner, les pigments utilisés, le nombre de séances…

Vous ne savez peut-être pas, mais il faut au moins deux séances pour avoir les sourcils parfaits. Après la séance initiale, les pigments s’estompent quelque peu au bout de 7 jours en moyenne. Il faut donc une séance de retouche pour les fixer, 3 semaines après la séance initiale. 

Par conséquent, il faut prévoir à peu près entre 300€ et 530€ pour les deux séances. À première vue, cela peut sembler énorme, mais vous devez intégrer le fait que votre tracé tiendra jusqu’à 1 an et demi. 

La séance à proprement parler

Pour une séance, il faut prendre rendez-vous chez une esthéticienne spécialisée. Étant donné que le microblading suit le même principe que le tatouage, il devient évident que vous ne pouvez pas confier vos sourcils à n’importe qui. 

Avant le début de la séance, il faut choisir sa teinte, en l’occurrence celle qui se rapproche le plus de sa couleur naturelle. L’esthéticienne procède ensuite à un tracé au rayon pour donner un aperçu du résultat final. La séance dure entre 1h et 2h. Tout dépend en réalité du travail à abattre. 

En ce qui concerne la douleur, il faudrait quand même s’y préparer. Elle dure seulement 2 à 3 minutes par sourcils, le temps que l’esthéticienne fixe la première couche de couleur. Bien sûr, la peau est nettoyée avant et c’est seulement pour les autres couches qu’une crème anesthésiante est appliquée. 

Ce qu’il faut faire après

Si au départ, le résultat fait « très dessiné », au bout de 7 jours, la couleur s’estompe un peu pour laisser place à un effet plus naturel. C’est en général au bout de ce délai également que des bouts de peau sèche tombent. 

Comme pour un vrai tatouage, vos nouveaux sourcils doivent être entretenus. Pour ça, j’ai pu compter sur la professionnelle qui m’a prise en charge pour me recommander une crème à appliquer pendant les premiers jours pour faciliter la cicatrisation. 

Est-ce que je recommande ? 

Totalement ! C’est une expérience unique à vivre au moins une fois. Le microblading vous facilite totalement la vie, surtout pour les femmes actives qui n’ont pas forcément le temps de se maquiller les sourcils tous les jours. Il faut tout simplement choisir la bonne technicienne et y mettre le prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *